Bergerac – Les bons résultats de la clinique Pasteur

Un tiers des actes de chirurgie ophtalmologique du département sont réalisés dans l’établissement

PASTEUR03Avec 1 600 actes de chirurgie ophtalmologique réalisés dans ses murs en 2014, la clinique Pasteur de Bergerac est la première du département en termes de volume, représentant à elle seule un tiers des interventions recensées (1).

© GRÉGOIRE MORIZET – Sud-Ouest du 10 octobre 2015

L’ensemble de ces actes concerne la cataracte, dont l’opération représente 4 600 des 4 800 interventions ophtalmologiques de Dordogne. L’établissement se classe donc devant les cliniques du Parc et Francheville, situées à Périgueux. Pour Lionel Combes, le directeur de la structure bergeracoise qui appartient au groupe MédiPôle Partenaires, ce résultat n’est pas le fruit du hasard, mais plutôt la récompense d’une stratégie qui est « développée depuis plusieurs années ». Depuis un an, celle-ci passe aussi par la mise en place d’un nouveau volet de la chirurgie ophtalmologique : l’opération de la rétine.

Opération de la rétine

Jusque-là, les patients qui devaient subir cette intervention étaient dans l’obligation de se rendre à Bordeaux. Une absurdité pour Lionel Combes, dont un des chirurgiens maîtrise cette technique. « En partant de notre potentiel et en évaluant les besoins, notre projet médical a établi que nous possédions la technique, mais que nous devions réaliser une série d’investissements en formation mais également en matériel, comme un appareil dédié à la rétine de près de 150 000 euros. »

Il a tout de même fallu un an pour que tout se mette en place. « Mais depuis le second semestre 2014, nos chirurgiens qui opéraient de la rétine à Bordeaux le font ici, se félicite le directeur. Et ce n’est plus la peine d’envoyer des patients là-bas. » D’après les premiers retours, cette nouvelle spécialité drainerait des patients de tout le bassin de vie du Bergeracois, et même de plus loin, comme « Eymet ou même le nord du Marmandais ».

Urétéroscope et arthroscope

Si la clinique met l’accent sur l’ophtalmologie, elle ne délaisse pas d’autres spécialités. Ainsi, depuis le mois d’avril, une nouvelle activité orthopédique a fait son entrée : l’arthroscopie de l’épaule. Au lieu de l’ancienne intervention ouverte, le chirurgien opère grâce à une caméra miniaturisée et à des instruments microchirurgicaux. Il n’est donc plus obligé de se rendre à Bordeaux ou à Libourne pour ce genre d’opération.

Mais, entre la formation des équipes, le nouveau matériel et les travaux de la salle, l’initiative a tout de même nécessité 340 000 euros.

Un autre volet de ce développement de la clinique Pasteur est l’urologie qui bénéficie d’un nouvel appareil, un urétéroscope. Ce petit bijou de 50 000 euros permet d’atteindre des calculs rénaux plus difficiles d’accès, et de les détruire au laser. Jusque-là, les Bergeracois devaient se rendre à Libourne ou à Périgueux pour ce type d’intervention.

Pour Lionel Combes, ces différentes évolutions répondent à une double nécessité. D’abord, faire bénéficier aux patients « des progrès techniques et de leurs applications à la chirurgie sans qu’ils aient besoin d’aller loin ». Et, ce faisant, attirer les jeunes médecins et chirurgiens. (Grégoire Morizet)

(1) Une donnée issue de la base nationale des statistiques médicales et hospitalières.

© GRÉGOIRE MORIZET – Sud-Ouest du 10 octobre 2015 – www.sudouest.fr